Ce jeudi 28 mars, le Sénat a adopté en séance publique le projet de loi qui autorise l’approbation de l’accord dit « CAMO », conclu entre la France et la Belgique. Cet accord porte sur un partenariat stratégique de long terme concernant la capacité motorisée de nos deux armées de terre.

Le groupe La République En Marche du Sénat se félicite de l’approbation de cet accord, qui scelle une coopération de défense franco-belge innovante et qui dote nos deux forces terrestres d’une capacité maximale à intervenir ensemble sur des théâtres d’opérations.

Cet accord comprend, d’une part, un volet armement avec l’achat par la Belgique de blindés français du programme Scorpion pour un montant d’1,5 milliard d’euros, et, d’autre part, un volet opérationnel inédit allant d’entraînements identiques jusqu’à un maintien en condition opérationnelle (MCO) commun des matériels.

Pour le vice-président de la commission des affaires étrangères, de défense et des forces armées, M. Bernard Cazeau, «*non seulement ce partenariat générera des retombées économiques conséquentes pour la France, mais il contribuera surtout à faire émerger une culture stratégique européenne, en développant des habitudes de dialogue, des concepts d’emploi, de doctrine et de planification communes ».

« Cet accord CAMO est une nouvelle pierre concrète apportée à l’édifice de l’Europe de la défense, qui se construit incontestablement à travers ce type de partenariats ambitieux, où les États européens conjuguent leurs forces pour protéger ensemble les citoyens européens », a salué le président M. François Patriat.

Le groupe La République En Marche du Sénat poursuivra son action pour soutenir la concrétisation d’une défense européenne solide et à la hauteur des défis contemporains.